* Dès son enfance sauvageonne, la conscience écologique d’Agata grandit avec elle, au contact des animaux, des éléments et des esprits du vivant.  La préservation de la nature et la prise de conscience des liens invisibles qui nous unissent tous deviennent très vite la toile de fond de son engagement, humain comme artistique. Par le biais de sa propre expérience « De l’intime à l’universel », au travers son œuvre polymorphe (peintures, textes, sculptures, illustrations, céramiques,..), elle invite chacun à se rapprocher avec joie et harmonie de ce qu’elle nomme “nos Reliances“* essentielles au monde et à nous-même : « Le travail pour la planète passe avant tout par un chemin vers soi. » (*voir + : “À propos d’Agata”)

* L’appel sauvage de la forêt et la présence protectrice de la Terre-Mère accompagnent Jean-Sébastien depuis son plus jeune age. Son approche écologique et féministe se veut avant tout contemplative, son imaginaire privilégiant les histoires pour appeler à la communion des sensibilités. Pour lui, le principe féminin longtemps attribué de façon souvent réductrice aux seules femmes, existe aussi chez chaque hommes. Mettant ainsi en avant la part de féminin sacré en chacun de nous, incarné pour lui par une Déesse-Mère pariétale en majesté, sa transcendance pour élever les êtres passe avant tout par un élan en quête de respect et de beauté.

Dans le désir de revenir à la source, et suite à une véritable “rencontre” in situ avec l’art pariétal et rupestre, Agata et jean-Sébastien décident en 2010 de quitter Paris, à l’instinct, pour s’installer en Périgord Noir. Une Dordogne devenue depuis leur terre d’adoption, aux abords de la Vallée de L’Homme et des grottes préhistoriques (Lascaux). Ils choisissent ainsi, en un monde où tout s’accélère, de donner le temps au temps, pour renouer avec le caractère sacré et magique du réel, et incarner leur utopie d’un mode plus juste.

Le succès d’ « Humanimalité », grande exposition solo d’Agata, et celui du magnifique livre de contes illustré de Jean-Sébastien « CHAMANES, les Chants de la Déesse » – avec en trait d’union, un cancer comme invité inopiné-, achèvent de les convaincre de réunir leurs talents pour faire pousser ensemble les graines de ce projet commun :

Étoiles Sauvages est né.

Devenons chemin faisant, âmes aimantes plurielles !
Avec Amour vers vous. 

Agata + J-Sébastien 

« Les âmes perdues seront étoiles filantes. Les âmes aimantes, elles, seront étoiles aimantes et aimantées ; elles formeront constellations. » François Cheng

Agata Kawa
plasticienne / illustratrice / autrice

À la question « Qui es-tu ? », elle esquisserait une réponse amusée : « ..Poussière d’étoile ! ».  Agata Kawa pourrait pourtant se définir avant tout, comme une âme résiliente.  Et ce, dès l’enfance.
Sans cesse en mouvement, sans cesse habitée par la lumière de l’espoir animé des possibles.

Au fil de ses propres libertés intérieures découvertes,  Agata invite à vivre personnellement, et à partager collectivement, ce qu’elle nomme
“nos Reliances” essentielles au monde  :
Reliances vers nos propres intériorités. Parce que pour elle, il s’agit         d’abord d’apprendre à mieux s’écouter, s’accueillir en conscience, pour travailler soi-même à sa transformation : apprendre à se vivre plus libres et en joie intérieurement, en harmonie et en bienveillance avec soi-même, et les Autres.
Reliances à l’ensemble fabuleux du Vivant et à notre Terre Mère. Dans l’amour et le respect sacrés du mystère de la Vie. Elle croit fermement que contribuer au respect du cycle de la Nature, renvoie à la nature profonde en chaque être, et nous éveille à ce qui est beau et à ce qui rends heureux et aimant.

Agata grandit les pieds nus au contact de la terre et des esprits du vivant, entre trois cultures différentes lui donnant le goût de l’altérité, de l’amour de l’autre, et des liens à cultiver.

Lorsqu’ils se rencontrent à Paris avec Jean-Sébastien , elle a trente ans. Et dans un saut sans parachute, elle vient instinctivement en un instant de tout quitter de sa vie antérieure (maison, mari, situation, un métier de Lead Artist 3D & Directrice Artistique dans l’industrie du film d’animation et du jeux Vidéo, ..), une vie assise et enviée, mais retentissant dans son âme comme cruellement vide de fond et de sens. 
L’âme a ce pouvoir de renaître, et parfois de la poussière. ..Poussière d’étoile !

Depuis, et depuis plus de vingt ans, elle poursuit son travail intérieur de pleine conscience et sa démarche écologique engagée, en renversant notre perception anthropocentrée du monde. Au travers de son œuvre polymorphe (peintures, écrits, sculptures, illustrations, livres, céramiques..), Agata nous convie à l’harmonie d’Être  humain, dans notre interconnexion au vivant : aux animaux, aux végétaux, aux éléments, et à nous-même.

Ici, dans son Périgord Noir préservé, pariétal et encore sauvage, Agata retourne à la source de ce qu’elle appelle notre “humanimalité oubliée”, quittée selon elle aux portes de la grotte.
En 2018, un cancer la cueille, qu’elle accompagne au bout de deux ans, délicatement, jusqu’à la porte de sa maison.

D’une vie en pleine conscience, ancrée dans le présent et les liens invisibles, elle livre une œuvre sous le sceau « de l’intime, à l’universel ».

Crédit photo : Romuald Meigneux

Agata Kawa: Site personnel

Jean-Sébastien Rossbach
Illustrateur / peintre / auteur

Né en Normandie, il grandit entre forêts et falaises calcaires, avec la nature comme refuge primordial.

Parfait autodidacte, Jean-Sébastien est l’un des artistes les plus prolixes de ces dernières années en matière d’imaginaire :

Plus de 20 années d’une carrière en France et à l’étranger, parcourue de collaborations avec des éditeurs aussi différents que Gallimard, Flammarion, Pocket, J’ai Lu, Le Bélial, Soleil, Bragelonne, Microsoft, Ubisoft, Marvel, Warner, La Paramount, Wizards of the Coast, Dark Horse (etc), pour de nombreuses couvertures de romans, magazines et autres ouvrages littéraires, jeux vidéo, films, disques, affiches…

Une urgence… Parallèlement à sa facette d’illustrateur, il pose en 2012 les bases d’un parcours plus personnel, écologiste et féministe, avec sa première grande exposition de peintures nommée « Mother », autour du thème de la Déesse-Mère, à la Galerie Daniel Maghen à Paris.

Dans cette continuité intérieure, et pour répondre définitivement à l’appel de la forêt et des grottes pariétales, liés tous deux avec Agata par une commune démarche authentique, ils quittent alors Paris pour la Dorgogne .

Captivé par la spiritualité des peuples premiers et poursuivant cette veine écologiste et féministe, s’en suivra le projet de son livre CHAMANES, les Chants de la Déesse, dont le sujet atypique et engagé peine alors à trouver preneur parmi les éditeurs, et pour lequel il finit par monter un crowdfunding en 2018.

Un accueil et un engouement du public, aussi immédiat qu’extraordinaire (grâce à ses mécènes, crowfunding réalisé à 100% dès le 1er week-end, à plus de 1000% au final !) permet en 2019, la parution de ce beau livre de contes illustrés, doublé d’un « Livre de Croquis ». Il en signe les textes et les peintures. Ces recueils ouvrent la voie d’une relation privilégiée avec les lecteurs autour d’une aventure commune, qui ne se dément pas et ne cesse de croître ; ce qu’il conçoit comme un hymne à la beauté autour de valeurs partagées.


« CHAMANES, c’est 12 histoires de femmes chamanes de tous les âges, de toutes les ethnies, de la préhistoire à l’époque contemporaine, puisant dans toutes les cultures du monde. Ces femmes sont toutes des personnifications du concept de Déesse-Mère à travers le temps. Elles font le lien entre la terre et le cosmos, entre le matériel et le spirituel, entre les hommes, la nature et les animaux. C’est mon livre le plus personnel à ce jour ; j’en assure l’écriture, les illustrations, et la mise en pages. Mais c’est aussi un message écologiste et féministe que je souhaite faire passer en douceur par le biais de la fiction. »

Crédit photo : Hubert de Lartigue

Jean-Sébastien Rossbach: Site personnel